Une chercheuse invente par hasard une batterie qui durerait à vie - Positiveur Une chercheuse invente par hasard une batterie qui durerait à vie
Actus

Une chercheuse invente par hasard une batterie qui durerait à vie



Vos batteries durent de moins en moins longtemps à force de les charger et vous en êtes fatigué? L’espoir est enfin là.

Mya Le Thai, chercheuse à l’Université de Californie, vient de fabriquer accidentellement une batterie qui pourrait tenir plus longtemps et supporter bien plus de charges que n’importe quelle batterie existante.

Nos appareils mobiles (laptops, smartphones, …) se déchargent de plus en plus vite et c’est agaçant de devoir les charger à chaque fois. Bien que les chercheurs recherchent toujours un moyen de pouvoir charger nos appareils sans fil, nous aurions toujours de soucis car les batteries que nous avons aujourd’hui ont une durée de vie très limitée. Ce qui fait qu’à chaque chargement elles s’abîment de plus en plus et au fil des années elles deviennent inutilisables.

Mais si on trouvait des batteries à longue durée de vie, on aurait moins de soucis. Et c’est quasiment déjà possible…

Une nouvelle batterie irremplaçable ?

C’est désormais possible grâce à une nouvelle technologie prometteuse des chercheurs de l’Université de Californie. Ces derniers ont inventé une batterie faite de nanofils (contrairement aux batteries actuelles faites à base de lithium) qui peut être rechargée des centaines de milliers de fois : une avancée significative vers une batterie qui ne nécessite pas d’être remplacée.

Les nanofils possèdent des caractéristiques idéales pour le stockage et la transmission. Ils sont très conducteurs et des milliers de fois plus fins que les cheveux humains, ce qui signifie que l’on pourrait en faire tenir énormément dans une batterie de téléphone ou d’ordinateur.

Cependant, les nanofils sont généralement très fragiles et s’abîment après avoir été chargés et déchargés de nombreuses fois.

 

2

Mya découvre une astuce ingénieuse en s’amusant

Les chercheurs ont recouvert des nanofils de dioxyde de manganèse puis les ont entourés de gel semblable a du plexiglas. Cette combinaison garde toutes les propriétés des fils intacts et les rend résistants aux fractures. Ils ont ensuite essayé de charger et décharger la batterie jusqu’à 200 000 fois sans briser un seul nanofils ni perdre de capacité.

« Mya s’amusait, et elle a recouvert les fils avec une couche très fine de gel et a commencé à l’utiliser » explique Reginald Penner, le chercheur principal de cette recherche et président du département de chimie de l’Université.

Elle a découvert que rien qu’en utilisant ce gel, elle pouvait charger et décharger la batterie des centaines de milliers de fois sans perdre de capacité. C’était fou parce que ces objets arrêtent généralement de fonctionner après 5 000, 6 000 ou peut-être 7 000 utilisations tout au plus.

Les chercheurs pensent que cette combinaison de gel électrolyte PMMA (semblable au plexiglas) et d’oxyde de magnésium donne de la flexibilité et une structure aux nanofils, les empêchant de craquer et étendant ainsi leur durée de vie.

La recherche de Mya et de ses collègues prouve qu’une batterie faite d’électrodes en nanofils est aujourd’hui réalisable et pourrait avoir une très longue durée de vie !

Source: Pausecafein


En Haut